L’écoute de la nature nous reconduit aux origines du langage et de la musique.

Partons d’un constat : nous ne savons plus écouter la nature. Nous aimons contempler les paysages, un panorama de montagne, un coucher de soleil ou un ciel étoilé, mais nous ne nous préoccupons guère de les entendre. Du temps du Néolithique, des chasseurs-cueilleurs, l’audition était pourtant le sens qui primait sur la vue, pour des raisons évidentes de survie; quand on voit un danger, un ours, un tigre, il est déjà trop tard. Mais aujourd’hui, nous ne prêtons plus l’oreille qu’aux bruits des machines, aux musiques et aux paroles produites par les humains, non au chant des oiseaux, au vent dans les feuillages ni aux chutes d’eau. Alexandre Lacroix, directeur de la rédaction de Philosophie Magazine et auteur de Devant la beauté de la nature (Allary éditions, 2018), croisera la réflexion philosophique avec des séquences jazz de Raphaël Imbert, saxophoniste qui a reçu une Victoire de la musique 2018 pour son album Music is my hope (Jazz Village), et qui s’aventurera exceptionnellement pour cette conférence sur le terrain de la “musique descriptive”.

les

Invités

Dimanche 01 Septembre

de 14:00 à 15:15

Dans:

Entrée : 14 €
Prix Pass : 10 €
Enfants et – de 30 ans : 8 €

Le jardin de l’Évêché

Située sur une place à l’arrière de la Cathédrale, la résidence de…

Retour au programme