EN – How to Inhabit the World Differently ? – …or how to experience humanity’s manifold histories and riches to the fullest.

 

Une révolution culturelle est-elle possible ?
Notre époque est traversée par des crises multiformes, économique, écologique, produisant des inégalités sociales à grande échelle entraînant la montée des nationalismes et des extrémismes religieux violents. Ne faut-il pas repenser notre manière d’habiter le monde? Les écrivains, les artistes et les penseurs habitent déjà le monde de manière sensible. Les scientifiques constituent une communauté mondiale féconde. Peuvent-ils nous entraîner dans une révolution culturelle de notre représentation du monde ?

 

 

> EXTRAIT DE HABITER LE MONDE, FELWINE SARR, MÉMOIRE D’ENCRIER

Je suis né à Niodior, une petite île dans le delta du Saloum au Sénégal, au large de la Gambie. Mon premier monde est ce petit bout de terre entouré des eaux, la langue sérère et la culture niominka ; la pêche et l’agriculture comme moyens de subsistance de mes aïeux. Le voyage physique d’abord, ensuite celui spirituel et mental à travers les livres a élargi ce premier monde et l’a ouvert à l’univers de la pluralité. Mon sentiment d’appartenance a progressivement grandi et a franchi les limites de mon pays d’origine, du continent qui l’abrite et des cultures qu’il a vu naître. Pour habiter le monde dans sa vastitude, il est nécessaire de mettre en face de tous les visages, dès le bas âge, le large miroir reflétant l’immensité de l’univers qui nous abrite. La littérature, l’histoire mondiale, la géographie, les musiques, les mythes, la langue des autres, les récits oraux, sont de prodigieux moyens de mettre le monde à la disposition de tous. On pourrait envisager dès l’école primaire, un quota de ces humanités mondiales à intégrer dans tous les enseignements afin de créer et transmettre un imaginaire pluriel du monde et semer ainsi les graines d’un sentiment d’appartenance élargi à toute la communauté du vivant et du non-vivant.

Habiter le monde est un essai qui invite à l’action. Felwine Sarr propose d’habiter un nouveau monde ou d’habiter celui-ci différemment. Alors que dans Afrotopia, il situait clairement son propos à partir du continent africain, là, il propose une réflexion philosophique à partir de la relation. Celle que nous entretenons entre êtres humains, mais aussi celle que nous bâtissons avec l’environnement. Une relation qui peut être le lieu de la lutte et de la prédation, mais aussi vivifiante et nourricière, avec son potentiel fécond. Felwine Sarr suggère alors des propositions éminemment politiques visant à la survie et l’épanouissement de tous : le revenu minimum universel, la citoyenneté mondiale, la réforme de l’école, une nouvelle façon de considérer les frontières, … en somme, la possibilité de bâtir un nouvel imaginaire.

les

Invités

Samedi 31 Août

de 16:00 à 18:00

Gratuit sur réservation

La cour de l’Évêché

Située sur une place à l’arrière de la Cathédrale, la résidence de…

Retour au programme